Aller au contenu principal

l'Association pour ceux qui bâtissent

L'assurance emprunteur

Appelée « assurance groupe », elle est négociée par la banque au profit de ses clients, lesquels adhèrent à ce contrat.

Avant de souscrire une « assurance emprunteur » il faut avoir en tête les différentes garanties ainsi que tous les événements médicaux (traitements, arrêts maladie, opérations…) intervenus depuis l’enfance.

Savoir identifier les garanties et choisir le pourcentage de capital à assurer

Les conditions d’assurance ne sont pas les mêmes partout même si elles se référent toutes aux mêmes garanties, « incapacité temporaire totale, invalidité et décès ».

 

Une assurance incapacité, invalidité ne couvre pas toutes les situations dans lesquelles on peut se trouver en cas de maladie.

 

Les cas d’exclusions de garantie, les délais de franchise et les définitions de l’incapacité ou de l’invalidité sont différentes selon les contrats d’assurance.

 

La notice d’information doit être lue avec beaucoup d’attention car elle permet de comprendre dans quels cas l’assurance est susceptible de prendre en charge ou non la totalité ou une partie des échéances du crédit.

 

En fonction des garanties souscrites et de sa situation personnelle d’emprunteur, il faut se positionner sur le pourcentage de capital à assurer sur sa tête et sur celle du co-emprunteur en cas de prêt à deux.

 

Selon la situation familiale, une impossibilité à régler des échéances en raison d’une perte de revenus suite à une maladie, aura un impact plus ou moins important en fonction du pourcentage de capital assuré sur la tête de la personne défaillante.

Déclarer son état de santé

Au moment de la souscription, il faut être particulièrement attentif aux questions relatives à son état de santé. Il faut impérativement déclarer tous les événements y compris les très anciens.

Pour les crédits à la consommation, il arrive que le questionnaire de santé ne soit pas remis directement par l’organisme de crédit, il faut donc veiller à se le procurer.

 

En cas de fausse déclaration, on ne peut plus bénéficier des avantages de l’assurance même s’il s’agit d’une pathologie qui n’a rien à voir avec une ancienne maladie qui n’aurait pas été déclarée au moment de la souscription.

à savoir

Durant toute la durée du crédit, un événement tel qu’un décès ou une maladie peut survenir et modifier les possibilités de le rembourser. Dans de nombreux cas, l’assureur refuse de prendre en charge le crédit, pour de multiples raisons, qu’elles soient justifiées ou non. Il peut être intéressant de saisir le service Juridique de l’APAS-BTP, afin de vérifier le bienfondé de ce refus.