Aller au contenu principal

Cet été : à la découverte de la Promenade plantée

Voyager n’est pas toujours synonyme de longue distance, de frontières ou de long-courriers. Surtout en cette période où l'on revisite ses visions du voyage et du déplacement.
Masqué, direction l’est de Paris pour une promenade originale.

APAS-BTP la promenade plantéeAPAS-BTP la promenade plantée

Jalonnée de jardins, de viaducs et de tunnels, la Promenade plantée, rebaptisée Coulée verte René Dumont, est aménagée le long de l’ancienne voie de chemin de fer qui reliait jusqu’en 1969 Bastille à Saint-Maur. Elle traverse tout le 12e arrondissement. Longue de quatre kilomètres et demi, elle relie l’avenue Daumesnil au boulevard périphérique, entre la porte de Vincennes et la porte Dorée. Rachetée il y plus de trente ans par la Mairie de Paris, l’ancienne ligne de chemin de fer fut aménagée en promenade pédestre par deux architectes, Philippe Mathieux et Jacques Vergely. Avant de vous engager sur ce verdoyant tracé, partez du métro Bastille en direction du port de l’Arsenal, accessible au début du boulevard de la Bastille. Aux pieds du Génie de la Bastille, son gardien de phare en somme, une paisible marina a trouvé refuge au cœur de ce quartier trépidant. Seul port de plaisance de Paris, il relie la Seine au canal Saint-Martin. De l’eau au ciel, il n’y a parfois qu’un pas : remontez le boulevard de la Bastille et prenez à gauche la rue Jules-César, pour rejoindre l’avenue Daumesnil. Là commence la première partie, aérienne, de la promenade plantée.

APAS-BTP la promenade plantéeAPAS-BTP la promenade plantée

Architecture et paysage

Ainsi perché, le promeneur voit Paris d’un autre œil. Originale perspective que ces parties hautes d’immeubles, bourgeois et haussmanniens côté gare de Lyon, populaires et typiques de la reconstruction (1945-55) côté nord. Tout en respirant les plantes aromatiques qui bordent l’allée, admirez la variété des architectures. C’est un vrai défilé de curiosités et de matériaux variés : balustres sculptés, dômes et frontons, toits de zinc, courettes en briques et façades en bois… Et si l’urbanisme vous lasse, restez dans le bucolique dépaysement que vous offrent rosiers, bambous, plantes grimpantes et autres noisetiers. Après la rue Traversière, sur la gauche en contrebas, faites une petite pause dans le jardin Hector Malot, aménagé sur deux niveaux avec ses érables et ses fontaines de briques. Au croisement de la rue Rambouillet, ne manquez pas le très inattendu commissariat du 12e arrondissement, avec ses trois derniers étages comme des ponts de paquebot et ses cariatides géantes accoudées au toit. Il s’agit d’un curieux pastiche des Esclaves de Michel-Ange.

APAS-BTP la promenade plantéeAPAS-BTP la promenade plantée

Au bout du Viaduc, la promenade s’élargit.

Avant de gagner l’allée Vivaldi en empruntant la grande passerelle de bois qui enjambe une vaste pelouse cernée d’immeubles modernes, prélassez-vous dans le jardin de Reuilly. Alcôve céleste des amoureux, il offre quelques terrasses, belvédères où passer de véritables moments de détente, en plein cœur de la ville. Dans cette deuxième partie de la promenade, une piste cyclable s’ajoute au chemin piétonnier. Après, c’est de nouveau la campagne avec un tunnel emménagé en grotte avec roches et cascades. Tendez l’oreille : on entend déjà les chants des nombreux oiseaux qui peuplent la végétation de ce tronçon. Les volatiles ne sont d’ailleurs pas les seuls à apprécier l’endroit, véritable paradis des joggers. Ce parcours particulièrement pittoresque et insolite a intégré la plupart des infrastructures ferroviaires d’origine : viaduc, remblai, tranchée, tunnel… La nature semi-sauvage alterne avec une nature plus domestiquée. Les plantations et la végétation spontanée (mousse, lichens…) qui bordaient la voie ferrée ont été conservées et complétées. Cette coulée verte offre une large palette végétale : tilleuls, cerisiers fleur, houx aux belles floraisons et au feuillage changeant suivant les saisons.

APAS-BTP la promenade plantéeAPAS-BTP la promenade plantée

Dépaysant. Réellement inattendu

Pour les spécialistes de la randonnée pédestre en milieu urbain : « Cette promenade originale vous transporte tantôt dans les airs tantôt sous terre. Sa conception unique vous fait passer de viaduc en passerelle, de tunnel en tranchée, à travers l’Est de Paris. Vous découvrirez des éléments d’architecture de certains immeubles parfois surprenants, invisibles d’en bas. Les concepteurs ont réussi à allier la végétation sauvage, qui avait envahi autrefois les abords de la ligne de chemin de fer, à un aménagement paysager plus moderne. On peut ainsi évoluer au milieu des liserons des champs et des pavots sauvages, alors qu’un flot ininterrompu de voitures circule quelques mètres plus bas. Toutes les anciennes structures ferroviaires ont été conservées. »
Autre intérêt de la promenade, la découverte des 71 arcades du site sur lequel vous marchez en partie. Le "Viaduc des Arts" est destiné aux artisans parisiens qui ont l’obligation d’effectuer sur place la majeure partie de leur travail. Certains ont installé leurs ateliers en vitrine, ce qui permet d’assister en direct à la naissance de leurs créations. Un atout de plus pour s’offrir ce voyage de proximité dans le 12e en faisant le plein d’images originales et de sensations nouvelles.
L’insolite, l’ailleurs, l’inconnu sont parfois très proches. Ni jet lag, ni long périple, mais de la nouveauté tout en restant masqué : quand un regard, un reflet ou un détail ajoutent de l'imprévu à une promenade.

Ces actualités pourraient vous intéresser